Botox capillaire deal rabat yabiladi

Mais ça ne vient pas. Je manque de certitudes et je ne crois en rien de ce fait. Il y a comme un vide en moi, une effervescence créée, tenue en laisse ou en otage. Comme dans un état psychique de réflexion-hésitations-doute. La faim, le sang, le mépris, majorés de haines…Toute une culture! Riches et civilisés face aux pauvres et aux arriérés, je balane entre les joies des premiers et les malheurs des plus nombreux autres!

On est quoi au juste, avec toutes ces injustices, ces outrages et ces mensonges? Ces perversions, ces guerres sournoises et ces attaques terroristes, fourbes ou affichées, qui font éclater là des tribus, et là, des états et des nations! Sauf celle des monstres que cela enrichit et qui visiblement, en prospèrent.

Au moins morts. Paris, by night. La ville lumière explose de sang! Engoncés dans leurs crédos déphasés, voici les cruels barbares qui se sont trompés de millénaire!

Pour les imposer à ceux qui sont fracassés dans leur sous-développement et leur pauvreté originelle. Qui les a créés pour les imposer aux pays réduits en flammes et au pire? Là, au Moyen-Orient, dans les plus hauts faits de la barbarie, pour terroriser cette dite-humanité toute entière! Ou, est-ce pour chercher justice et droits, afin de vivre chez soi? Vivre en toute quiétude et démocratie, par la même?

Tu parles? En toute égalité? En toute liberté? Pas du tout! En toute fraternité? Never, my love! Des bêtes immondes non humaines, ivres de pétarades stupides et de carnages odieux, pour ceux qui les y réduisent et selon les thèses de leurs détracteurs! Ils se vengent? Des tués et des blessés. Je parle des palestiniens. Cette terre était devenue comme un porte-avion américain! Un bastion dépassé de mode et hors besoins?

Mais de toujours, arrogant et fier de ses alliances, fort de ses aides occidentales démesurées, pugnace et invincible, de par les soutiens généreux et inconditionnels, bravant les conseils et les retenues! Prolixe dans ses initiatives bellicistes ou ses revanches guerrières! Alors une solution, la paix vite! Ou le nettoyage ethnique, définitif, primitif, injuste, illégitime et cruel?

La paix sincère pour tous, face aux affres des terroristes et des prétendus islamistes. Des gens excédés qui se liquident aux détails en Europe et qui tuent en quantité massives au Proche-Orient.

Ils ne sont pas réalistes! Car ils se font des ennemis de leurs tarées ou justes causes! Non seulement à Paris, victime propitiatoire, objet de représailles, mais dans tous les pays du monde!

En attendant, Paris stigmatisée et ses amis, souffrent intimement de leurs stupides et dévoyées guerres. Comment en sont ils arrivés à être radicalisés ainsi, au nom de quoi? De la religion? Comment peut on imaginer un homme sans sentiment pour arriver à savoir abattre et je pèse mes mots des humains qui ont peut être tout simplement eu envie de décompresser en allant boire un bon verre à une terrasse ou se détendre en allant dans une salle de théâtre. Comme me dit souvent Alain, le vers est dans la pomme, à cause de qui?

À cause de nous?? Bon dimanche. Je me gratte la tête pour trouver quelque chose d intelligent à te répondre. Ça va être dur. Je t embrasse. Les chiens font moins de cacas que les humains…Lisez ou écoutez les infos! Je suis tous cris, tous sangs, toutes odeurs. Ne suis-je pas leur projection en 3D, un hologramme, à laquelle la vie donne une âme? Que sais-je pour les rats que nous sommes, ne nous humilier pas, vous autres les francophones, à cause de notre peau velue et nos longues queues ou à cause de notre régime!

On est tous des mammifères? Et comme vous, je les protège! Hélas, un piège rempli de toxines. Ah la famille. Et dire que je lui ai fait 69 ratons, à ma Libye…Pardon à ma lubie! Tous vivants et bien portants! Je parlais plus haut de ces nourritures qui deviennent une fois en moi, ma substance première, mes organes, moi-même! Je les sens crier et demander pourquoi elles sont en moi, prisonnières.

Botox capillaire lisshair avis

Ce sont des vagues de poissons, des rivières de grenouilles, des mares de canards et de nénuphars. Et ces poussins que je piquais des basses-cours? Avec ces malfrats de bouchers, on ne sait jamais ce que la kefta et les saucisses contiennent. Mais voilà, je suis malade! Nous ne sommes ni assurés ni couverts! Et le Professeur Larose, ne nous sent pas! Pourtant, on vit dans les hôpitaux, nous aussi! Nous on reste dans les abysses et les décombres, et eux, les zoziaux, ils nous quittent! Ils partent faire des affaires!

Comme elle, nous sortons de préférence le soir. Quelle civilisation! Des fêtes que de bouffe! Sacrés idiots, ils nous laissent la moitié et on ne paie jamais rien!

Car ça sent le brûlé chez les cadres. Il y a des gens de la haute, qui ont trahi les-leurs et ils ont voté à côté, chez leurs adversaires…La loyauté, la fidélité, tu parles mon frère! Comme celle aussi des nouveaux centres de Dachau, là, aux frontières des pays du pourtour de la Méditerranée!

Si je connais la mer? Notre tribu est ubiquitaire, mon frère! Nous sommes partout présents à travers le monde, comme des frères, depuis des millénaires! Non, ce sont alors les moutons de Panurge qui crament. Médusées, bêlantes, bégayantes même, les brebis et les agnelets seront épargnés cette année!

SOS, les femmes et les enfants après! Sauvés par leurs pères cornus. On tue sans que cela ne soit un crime. Ça pue! Ou que ce sont les odeurs des noyés qui nous arrivent des côtes. Par vagues, des bateaux livrent les fugitifs à la mer. Overdose et craintes des extrémismes forcenées et de leurs caricatures pseudo musulmanes! Ils puent, les voisins!

Non, ils ont sombré dans les eaux, en martyrs. Dans les pays, que les puissances se disputent, on cherche des bailleurs de fond. On veut savoir qui va réparer les dols, les désastres et décombres. Surtout pas un musulman aux States!

Un retraité, brun et grisonnant comme Obama. Des séquences disparates, sans queue ni tête, comme ce texte plein de parfums, que vous ingurgitez!

Nage et tais-toi! Je ne sais pas nager! Des nuées de moucherons flottent sur le magma putride. Entre temps, je retiens ma respiration. Ou le jeter, carrément, dans la poubelle publique! Merci ou pardon les gars! Ou dans ce terrain vague voisin où règne en princesse, cette inamovible et entêtée pisseuse de chienne! Un jour les rats vont me venger.

La mairie faute répondre à quête de protection, va récolter le pire. Ou que? Juste pour en chasser avec les restes loquaces de cet horrible cadavre et ses parasites, les champignons, les odeurs et les insectes de cette abominable, innommable ville? A force de voir dans ma jeunesse des films hindous, je commence à comprendre la métempsychose et la migration des âmes. Son alter ego batailleur, casseur et saboteur, comme un sadique syndicaliste, est un rat de ville!

Il vient faire le pacha sur ces quartiers antiques! La ratitude, la négritude, ce sont des attitudes et des aptitudes, propres aux identités! La marocanité, il faut un gué pour y arriver. Bref encore, ce sont des phases, identitaires, génétiquement fausses, égocentriques, fanatiques et historiquement controversées.

Des portes spatiotemporelles étroites, à un seul sens! Foi de médecin et viscères de ramadan! Aucun mal en ce qui me concerne. Aucune duplicité, les rats sont polyphages et ouvertement, vertement, polygames.

Jamais polyandres, ils se tuent pour ça! Cet état ne joue pas sur leurs accessions professionnelles, sur leurs facultés et leurs ministères, comme ils ne démissionnent jamais pour ça! Du moins ouvertement. Nider avec un D! Un don de soi, une ristourne, une obole finale? Celle-là est une souris grise aux yeux de prune. Telle cette guenon et son macaque de singe, blasé et mou, qui lui sert de compagnon….

Infimes, infirmes que sommes-nous déjà, devant les gens huppés! Que sommes-nous devant ces ministres universitaires, qui font la pluie et beau temps? Ceux qui font la chasse aux patients et aux médecins. Presque rien! Nous sommes de petits mammifères, arriérés et démunis, criblés de dettes et on a tout vendu!

Arrosées très cher, les plantes poussent au naturel, sans ferment ni engrais autres que la terre de Moulana et le soleil de Sidi Rabbi. Moi, le vieux rat qui se dorait au soleil, voici mon exorde, ma recommandation. Oui, il faut que les jeunes rats cessent de me piller et de râler ou de crever devant ma porte! Ils iront enrichir encore plus ces autres sphères. Ces cancrelats racistes qui me donnent le cafard.

Faut-il les laisser fuir ces guerres allumées, ou les garder où ils sont pour les griller, les cuire et les pulvériser? Nous sommes innocents de leurs sorts et de leurs destins. Cependant, mourir ainsi déportés par la honte, celle de nous quitter, après leurs tristes méfaits, est un piètre sort pour nos jeunes rats. La justice fermera les yeux!

Des militants et des résistants! Chacun peut chanter ce slogan à sa façon et se tancer dans sa propre psychanalyse. Moi, moi! Comme à son habitude, elle monte au nez. Elle sait sans railleries assumer ses libertés et parler sans peur ni reproche, pour nous offrir plus de sens et nous défendre avec clarté. Mais moi, je ne sais parler que de moi, ou de mon métier. La corporation estudiantine, sensée défendre notre formation, nos examens et nos programmes. Allah yerham nos recteurs, nos maîtres et nos doyens.

Certains dès le départ ne voulaient rater aucune année! Le Vietnam et la Palestine étaient constamment au programme, comme les repas du resto, livréssans précision, enfermés, à huis clos. La médecine, cette longue désinformation, donnait des raisons au mutisme politique de nos collègues. Une soustraction, amputation de fait, nous écartant de notre époque. Cette sélection marginalisait les futurs médecins. Tout groupement appréhendé comme une émeute et contré comme une sédition.

Des dangers, sanctionnés immédiatement, maitrisés, comme autant de bravades face au pouvoir! Bref, nous étions circoncis en amont, de la chose politique comme la majorité des gens. On comprend alors le détachement des gens de la chose publique.

Allez chercher des cadres pour les mairies, allez leur arracher un vote et des bulletins pour vos urnes! Et avec Si El Houssaine, plus mal en point encore, plus difficile à exorciser de ses démons. Revenons à nos moutons et à nous-mêmes. Parler de soi est la pire des indélicatesses, dans la culture populaire musulmane.

Nous tous. Fut-ce pour rapporter son expérience ou donner son opinion. On naît intimidés. On se tait, point. On est intimidés ou exclus, car la prééminence des partis monolithiques, les compères des leaders, inhibait les individus et les stérilisait de toute envie de parler. Les chekamas du protectorat, leurs fils et successeurs des khawanas, les délateurs firent fortune.

Les jeunes étaient exclus du jeu avant de naître. La citoyenneté, le civisme ne trouvaient pas de place devant les nationalistes qui ont, à leur avantage exclusif, tout goulument marocanisé. Laissons ces précisons anthropophages aux anthropologues, aux historiens et aux sociologues. Parler de soi par nostalgie, ou parler des uns aux autres? Parler ensemble, cela vaut mieux. Alors, vais-je parler de moi, pour analyser les autres?

Basri, malgré son golf, était venu visiter le nouvel hôpital Mohammed V ce jour. Son garde-à-vous, de civil,à mon attention, moi qui ne suis pas militaire, fut une plaisanterie touchante.

Et puis, plus de crainte, il est mort. Ça fait moins grave. Déchiffrer entre les lignes sa position retranchée, sa prudence. Que ce soit pour le technicien, le dilettante, le ludique ou le citoyen lambda. Du coup, les journalistes peuvent nous pomper. Nous fabuler, nous tromper, nous asservir. Mais, ils doivent aussi nous répondre, pour jouer le jeu. Les médias se découvrent une situation professionnelle bien plus éclatée et diverse.

La politique a profité du Web. Pour ne parler que du Printemps Arabe, le rôle du Net a été un facilitateur primordial. Alorsaller eu gouvernementaprès tant de bagou et de slogans populiste, puis devant les fait accompli, puis voir de visu les difficultés, les chiffres vrais. Ceux des besoins, des retards, des cardiopathie et prise de poids, des dettes, les dangers et des faillites en vue.

On ne compte pas comme individus, aptes, conscients, libérés. Libres et respectés. On est éloignés, omis ou cachés. Car avec la diplopie et le ptosis officiant, les choses se masquent.

Nous former, y arriver malgré les freins et les compétences relatives, étaient une sinécure. Un miracle. Cette expérience des jeunes, mobilisés par les partis, en secondes mains, les laisse sur leur faim.

Ces muppets que nous sommes pour ces gens de la haute. En voici un passage qui nous éclairera. Peu ou prou. Chargé de la trésorerie vide et des affaires culturelles de la corporation de médecine.

Mes camarades du bureau et moi, avions succédé à un futur grand de la dermatologie, qui était parti en France. La caisse après le bal de médecine avait été nettoyée. Nous étions sur la dèche pour tout recommencer. JE me préparais, faute de plus, un thé. Je ne comprenais rien.

Dégage, fais tes bagages. Une gifle surprise, brutale et inutile, me déséquilibre. Une autre strate que la leur. Pas correct ni poli du tout. Je lui en veux encore. Alourdi de deux grosses valises, chargées à éclater, sans le sou. Il héla le chauffeur et lui ordonna de emmener où je voulais. Chez Azzed qui habitait avec ses copains dehors, non loin de la station des cars et des murs du marché. Un déchirement qui me travaille encore. Moi comme simple citoyen, lecteur de son Al Bayane.

Entrer au gouvernement, critiqué depuis toujours, ce à la demande du roi Hassan II. Cette immersion par ce biais, au palais du Makhzen! Un peu comme Ulysse, dans son cheval de bois, pour conquérir le pouvoir, la ville de Troie! Et qui me fait détester les partis qui sont légion. Je me suis rappelé du FDIC et de son mentor. Anecdote ramadanesque. Merci post-mortem à cet homme de valeur, quel que fut son camp. Et ça nous éloigne de faire le PV de ce gouvernement fédératif de circonstance.

Gouvernement de coalition ou de coagulation. La bancale équipée de Benky II et collaborateurs, qui marche bien et qui réalise, malgré les promesses ratées et les réalisations salvatrices. Paradoxe salutaire. Et que ce ne sont pas des ennemis tranchés, mais des concurrents, passibles de se rencontrer, dans leur pays, leurs parlements leurs rues!

La démonstration est ainsi faite. Elles varient autour de la monarchie, point central inéluctable, les variantes, placébos et génériques, des concepts communs incontournables. Des épices, du sucré, des salés ou faisandés. Des accointances à faire honte aux plus opportuns. Je préfère voir la politique avec plus de classe! Mais, je ne fais pas de politique.

En offrande à Narjisse, à la manière des Fleurs de Delacroix, rimes ni lyrisme. Ces lettres futuribles et futurs horribles. Pensées futiles à voix forte. Senteurs dans le vide. Sexe au poing sur des murs rêches pour abolir toute résurrection. Dialogue monocorde ou monologue à deux voix. Je vous en fais grâce. Le double sens du langage parabole, ambivalence et lexique ampoulé, boursoufflé et obséquieux. Les créations itératives des idées et des paraphrases.

Ne sommes-nous pas de fait, faits de plusieurs systèmes. Entre les instinctifs ego et moi et le surmoi. Entre le corps, ses milliards de milliards de cellules pour dietetique huitres 2014 Je le conduis, comme un robot, tel un téléphone high-tech dont je ne connais pas toutes les astuces ni les composants?

Comme toute vie, animale ou végétale, déjà! Les verres de parfums enivrants de Narcisse. Et le marbre une chair. La muse est Aphrodite et Vénus, Diane, la chasseresse, à la fois. Sommeil troublé par les sueurs, sans actes ni lunes. Transpirations et efforts pour les supporter. Il y a 20 ans déjà que personne ne partagé ce lit, en dehors de mes douleurs et de mes pensées.

Des obsédées qui luttent contre les oublis et les problèmes de vie. Pour rien, puisque je ne tiens pas à me publier, par pudeur et timide discrétion! Écrivant pour moi-même. Mon petit-fils, porteur du premier nom, a fait des terreurs nocturnes.

Je suis surpris. Je veux dormir à côté de toi, me dit-il. Allais-je lui demander. Va-t-on nous caser tous les deux dans ce lit étroit? Je lui cherche un drap. Mais je pouvais, me coucher sans rien me mettre sous la nuque. Un cou névralgique, paresseux dé-musclé et affaibli.

Je relève la tête, le cou se déchire et cri de douleur. Les veines sont devenues insuffisantes et me donnent des fourmillements douloureux insupportables. Je dois changer de position.

Sont-ce les nerfs pardi? Le réveil-montre me gêne. Je me lève deux fois pour pisser. Je crains par mes gesticulations de réveiller mon hôte. On ne fait plus de beaux rêves à mon âge. On laisse ça aux adolescents. Il ne faut pas prendre pilule bleue non plus pour ne pas le faire sombrer. Et puis les crédos nous empêchent de faire les idiots. Vivons-nous un cauchemar?

Toutes ces manipulations et ces guerres sordides et fourbes, entre frères frelatés, poussés à la nausée et aux meurtres barbares, les uns contre les autres, ou par leurs sympathiques associés et puissants ennemis. Autour de nous, ils veulent nous inclure parmi les artificiers et les victimes des fracas. Nous délirons, mais il y a du vrai.

Nous étions nuls par rapport aux enfants de nos jours. Adolescents sans histoires, enfants sans bagages. On ne laissera pas de traces. Ils réussiront mieux. Celui de trouver des menus aux recettes fantaisistes. Des commandes impossibles à retenir, sont faites au garçon de service. On y entend toutes les horreurs qui me font écrire ceci. Je pense aux douceurs du cafard. Une page non poétique de Baudelaire. Le farniente de la déprime. Mais, ça ne doit pas être bon à vivre ni à consommer.

Et je découvre, faisant suite au jeu de télé, le cafard caramélisé! Ses élytres et son corps portent naturellement cette couleur, marron, brune, lisse et brillante. Les insectes fris ou grillés? Etant bien grasse et dodue, et grosse. Elle va bientôt mettre bas ses petits. Les pondre. Elle les couve un moment en elle. Au réveil de mes songes affreux, au lieu de mirer de belles femmes, au physique attrayant, éblouissantes de beautés, qui plaisent à Dieu, me voilà, sans corde à ma harpe et sans mots à chanter.

Je reste victime de ce sommeil douloureux, les membres en sueur comme ceux du gouvernement. Vous écrire ce mot, Narcisse, Warda ou Zhor ou Yasmine, pour me soulager. Revenez au prochain songe pour soulager mes douleurs de rêveur et arrêter toutes ces guerres. Ni de flatteries ou de faux jugements, non plus. Il ne faut pas tromper son public en lui imposant un choix mortel. Ton sexe ou ton dieu! Choix cornélien et racinien à la fois! Celui de subir et de pleurer sur ses douleurs et de se moquer de sa propre pudeur.

Un film ennemi de soi? Un document qui nous confond de tristesse et qui nous pousse à nous sous-estimer? A nous, associations, presse, partis et état de le soigner. Pour les vigiles. Loin de voir des outrages partout, calmer les ardeurs et relativiser, laisser les gens vivre leur temps pour aimer et être aimés de tous, sans altérer leurs identités.

Pour les artistes, dont Ayouch. Réserver plus de respect aux familles et aux organismes régisseurs des marocains et des pays comme le nôtre eût été plus porteur et plus que favorable. Il y a des avis multiples, différents et contradictoires les uns des autres! Seulement tout change autour de nous.

Au Maroc, nous changeons, pays et gens, malgré nos limites, nos freins et nos luttes pour le développement. Vous connaissez notre struggle avec notre voisinage pour cette question de territoires…Efforts, si coûteux, socialement et économiquement. Cet état nous consolide dans nos convictions patriotiques, mais nous fragilise sur le plan financier. Questions de prostitués, les libertins et les respectueuses.

Est-ce un paramètre anthropologique, moral, cultuel, culturel, un facteur de sous-développement que la prostitution? Sauf que même les pays riches ne sont pas dépourvus de courtisanes et de geishas! Celles des gens des forums, qui bavardent et nous lisent, qui nous guident et nous surveillent. Je crée ce barbarisme explicite…Ces préceptes religieux ou laïques de pureté morale, idéale, ne sont pas des garanties quant à leur application sur le terrain.

Ce sont des préceptes, des commandements, émanant des répétiteurs et des instructeurs. Mais que chaque personne se livre à ses démons chéris. Curés et moines, se découvrent parfois des erreurs amorales sur le fait de leurs propres ouailles! Ni ange ni bête! Caractère, personnalité, morale y prennent un coup! Des ordures abjectes existent dans tous les pays! Les préceptes face aux conduites voient les enseignements et les directives morales se relâcher dans les intimités particulières! Je ne vous apprends rien.

A propos du film Much Loved de Ayouch, est-ce une critique sociale ou un film de détente, quasi porno et érotique pour dépravés? Des rushs ont arrosé le web et bouleversé les forums et la presse.

Des tares prohibitives selon nos responsables. Préjugés ou défiance prophylactique? Une bombe, une publicité explosive! Lui est-elle matériellement et professionnellement profitables? Le message pouvait-il ainsi passer? Des techniques de lits explicites pour les vieux dévots? Pour quels desseins a-t-il réalisé ce film? Le cinéaste, est-il devenu un militant? Voulait-il stigmatiser et narguer ses concitoyens du Maroc et ainsi les responsabiliser les dirigeants, mis nez à nez face aux tabous?

Quel auditoire visait-il? Là, il y est allé très fort, impudent et intrépide! Quitte à jeter sa pellicule, en grillant les acteurs, à vie! Il ne nous apprend rien. Ni les actrices pour oser dire leurs mots et jouer leurs rôles! Une vision humanitaire, digne du culte et de la morale religieuse de ce pays nôtre, digne des avancées démocratiques du pays!

Ayouch pénètre et exhibe, sans trucages, avec son style perçant, qui me le fait saluer! Une date qui sortira le gouvernement des habitudes et la société de ses tabous hypocrites et ses torpeurs radines! Côté jugement de son acte. Je ne veux ni généraliser ni prendre comme témoins les avis cumulés sur le Net. Nos opinions sont modulées, formées, en fonction des maîtres à penser et de leurs enrôleurs! Ce quels que soient les pays!

Certaines presses ne sont pas libres de commanditaires! On le sent, on le voit. Comme autant de partis! Lignes éditoriales, lignes de conduites? Ainsi va le monde depuis toujours. Un leader, un grand Journal, un parti efficient suivent cette rhétorique et cet endoctrinement! Car après ça fait des rallonges, des paragraphes, des tiroirs, sans architecture claire du texte!

Des spéculations, des textes long et incompris. Films interdits, livres censurés, ils finissent par être vus ou lus, mais peut-être leurs buts, pas toujours biens compris. Y persister est populiste, stupide et machiavélique et serait satanique.

On doit enseigner la dignité et le métier par patriotisme, on doit enseigner le travail, par culture morale, éthique et religieuse, sociale ou libérale, pas seulement la honte, la pudeur et peur du discrédit social.

Elle est voulue, calculée et attendue. Son impact sur les lecteurs est de les motiver, puis de les influencer. Politiquement pour les votes de leurs programmes et de leurs candidats. Ça ne se fait pas du jour au lendemain. Pub, propagande, endoctrinement et prosélytisme suivent, je pense, ce schéma. Résultante de cet effort de formation-information-persuasion, la réalisation de clans. Villes sans bidonvilles, on a fait et on continue de faire des progrès, là-dessus!

Pour rehausser le patriotisme et la solidarité dans un Etat digne, défenseur des femmes de notre et de leur dignité opprimée. Je ne parle pas de chasse aux sorcières! Ni des pénalités aux filles pourchassées! Loin de là! Il faut leur trouver des solutions alternatives, idoines, autres que le sexe et le tir au lit tarifés!

Je ne veux pas mener ces idées troublantes et erratiques tout seul, comme dans un monologue délirant et avec parcimonie. Ma concierge fait du bavardage un magistère. Avec commisération et charité, je vous invite à vous amuser. Ainsi avertis, vous êtes prévenus des détracteurs qui pourraient vous envenimer votre soirée ou concurrencer votre libre arbitre, en vous inoculant ces dénigrements! Tu me connais de pseudo! Et tu connais mon ami Polémic?

Je vous connais de longue date tous les deux. Avant que tu ne soies mordu par cette meute, cette chiennes et ces loups. Mais je ne suis ni le mur barbelé de Ceuta ni la muraille électrifiée de Ghaza pour être électrifié!

Tu travaillais là-bas, chez les militaires? Fis-je de dépit, sans soulagements. Je tente le spirituel et je ne bois pas de spiritueux! Plus du tout…ça me bloque dans la gorge! Et il faut avoir des amis, pour partager les bulles et accéder aux hauts degrés! Qui me rappelle un autre, en majuscule! De grâce!

Et de la mythologie élémentaire, toute une mystique superficielle et une philosophie, bien terre à terre! Je disais que tu en fais une philosophie largement superficielle et une supercherie profonde, peut-être inconscientes mais qui te trompent, toi le premier.

Et ne me coupe plus, please! Tu commences bien sacrée concierge! Elle qui se prenait pour une psychologue avertie et une pédagogue de métier, imbue de sa nationalité. De quoi noyer les lecteurs dans tes salives et tes eaux. La tienne de vue est trompeuse et glauque. Celle des yeux chastes qui te lisent en devient émoussée. Je te reconnais fripouille… Non tu es morte…Tu ne peux pas exister.

Je ne suis pas une ombre. Je suis là devant toi! Je suis engagée dans cet immeuble des ministres et des parlementaires. Je te vois, je te sais! Mission, épier et rendre compte. Sournoises fourberies des délatrices! Guetter nos gentils ministres, surveiller les allers et venues, scanner leurs visiteuses…Essorer les linges, analyser les tâches de leurs draps. Et tu te fais payer pour ça!

Pour ces coups bas, perverse, le gite et le couvert, en sus! Et toute seule, dans cet immeuble-là? Tu viens nous espionner, satanée Student! Je ne te savais pas aussi perfide! Le fait de la reconnaître, aussi facilement, après sa disparition, a été un déclic dans sa nouvelle vie. Comment connaissent-ils les fils de Guillaume Tell, ce richard absolument analphabète? Mais pas ignare du tout! Ça marche au piston et au pèze, chez vous.

Ce dialectique comportement économique est devenu indispensable. Ce sont des médiations payantes. Alors, la ferme, ma jolie! Moi, je viens de débarquer sur terre! Oublie les anges, les fleurs, les animaux! Fuis la morale et la apolitique! Mais, malgré les différences de taille, hommes et femmes sont égaux. Il y a des foyers de feu sans lumière! Vaut mieux se frotter à Hillary, on pourrait se la gagner aux élections.

Ould Bana, pour les africains! Une centaine de marches sans ascenseur! Simplement en descendant de son immeuble. Peu de gens, la classe sans être trop riches. Des bars des églises, des cinémas! Sur le sofa captivant de ses plaisants 50 épisodes sur le Net. La tienne oui! Allais-tu encore me dire. Comme celles de ton au-delà. Tu ne fréquentes plus personne.

Même dans la solitude! Le sommeil est pour moi inutile, puisque je ne le trouve pas. Et je ne profite guère de mes songes et chimères. Toi, Student qui ronge mon temps, au lieu de me laisser épier le sommeil et calmer mes nerfs! Je souffre pour toi. Le spectre féminin de moi-même. Serais-je schizophrène à cause de toi! Entre la mort et les résurrections. Un magistère à remplir. Aucune personne de ceux qui nous lisent ne croit en tes balivernes. Calme tes viscères et ta voix.

Cesse de te dire que tu es malade! Quand les premiers ratent on a droit aux suivants. Faute de plaisirs, à deux, on récolte les sanctions.

Tu es devenue poétesse, sycophante? La fêlure du mal fait rimer tes mots! Je suis concierge, sur terre. Ça me fout les varices aux méninges, que tant de diplômes ne servent à plus rien.

Ou délices? Tu as compris la zouave de Student. Elle patauge entre Dieu, les humains et le temps! Et la souffrance des cadres qui reçoivent des coups alors que le pays en a bien besoin, me pose des questions existentielles.

Pour vivre heureux, vivons cachés! Hcham a labla! Il y a des enfants qui nous épient. Ses fanatiques et ses légalistes, sûrement! Le peuple est blasé. Il est aigri et amaigri. Il admire les femmes de gros calibre et de grands gabarits. Il adule à la folie les mamelles. Ces seins outrageux, qui lui rappellent ses rurales vaches, à satiété!

Quant aux femmes du Sud, elles embellissent sous les tentes et les corticoïdes! Et ne parle pas de ta chatte. Et après! Des ides et des disney world magic kingdom popular rides, des idiots et des élites, des zélotes barbus et imberbes aussi! Amusez-vous, la liberté le veut. Les autres, de la rigueur, de la justesse mais, pas de pitié!

Je vous ai appelée par son nom, Mme Fadzma! Malgré votre perversion! Je suis tombé en panne…De mémoire. Cet unique et rare instrument est tombé jachère, vidé. Mais, je suis là! Je suis venue te guérir et te sauver, mon cher Maidoc. La cousine du maréchal Lyautey! Mais je garde le doute scientifique! Comment avez-vous fait? Je vous avais enterrée. Vous vous êtes ressuscitée?

Et vos amours avec votre cousin? Et malgré mon adoration pour lui, je ne voulais pas le partager avec un athlète arabe, un tireur, un éphèbe marocain, un simple fantassin! Je vois que tu as lâché mon Bassou et la Baddou de même! La pinup respectable gelule pour maigrir efficace 50 néanmoins ministre de la santé. On peut critiquer et respecter.

Et toi Student? Je suis une snipper qui zappe et qui choisit les revenants morts-vivants…Il ne me fait pas peur ton ministre à toi. Mais il peut réanimer tout ça! Notre sauveur! Le couple Choubani-Benkhaldoun, ont-ils bien fait de vouloir se marier, quitte de créer un précédent? Un bug ministériel qui joue contre les intérêts du PJD! Ont-il bien fait de lâcher leur bride, érotique ou maritale, sous la pression et la férule des modernistes?

Ces modernistes et laïcards, qui sont contre toute espèce de polygamie! Moins chères et moins complexes, multiples et changeantes, plus aléatoires que déterminées? Donne-nous ta regime cnas algerie vs, a Si Le Fakir! Des relations discrètes, mais directes, sans progéniture, juste pour le plaisir. Et ce, sans se marier, juste pour se marrer! Sympa non? Quitte à être ensemble, toutes les nuits, avoir 4 enfants.

Quant à elles, je ferais de mon mieux. Je les soignerais gratis! Sache, entre nous, Mon Doc, que je ne dirais ça à personne. Tant pour leurs corps que leurs esprits. Ce que je ferais avec sagesse et prédisposition et assuétude.

La mémoire et la force physique, peut-être? Pour la virilité, qui vivra verra. Et ses lubies ne devront rien craindre rien de ma part, qui puisse les déranger ou harceler leurs adeptes non plus!

Telles des offrandes aux sens de qui veut les recevoir, ils balancent leurs fleurs incandescentes sur la chaussée, espérant couvrir les erreurs des mortels.

Tu as dépassé les classes primaires, je pense! Ou impuissant? Ou que tu manques de force et de vigueur! Pudiques ou violents. Les fauves préfèrent la gente ailée au pain de blé jeté par terre. Le plaisir de croquer se décuple à la chasse.

Les chats y mettent plus de zèle. Le chômage, la drogue, le sexe, les guerres. On vous malmène on vous disloque, dès que vous voulez tempérer ou donner un conseil. Voire sortir une opinion! A qui, pour qui, veux-tu publier ou écrire Maidoc? Obstruction et condamnation de la voix des autres, des étrangers.

Des ovules pour ne rien me rétorquer! Je ne dialogue pas toujours avec des intellectuelles. La politique est faite de coup bas. Les gens qui en profitent sont élevés… dans les manipulations.

Les politiques ont un dieu latin, Machiavel! Des monstres et des misérables sévissent dans la politique, dans tous les pays! Ne faites pas comme des zoufrias! Oui, la politique est une chose! Mais la politesse est une autre psychologie, merveilleuse et qui prime.

Et la diplomatie est meilleure, pour rendre les gens bien meilleurs! Parfois conjoints. Il ne faut pas leur jeter la pierre et griller ceux qui furent ouvertement aux ordres! Complaisamment ou par entente cordiale, sage, avisée et certaine!

Cruellement ou injustement! Ah, la presse! Le 4 ème pouvoir est le pire des procurators. Une autre défense symbolique mais pas très franche, il me semble! Ils sont les maîtres suprêmes de la terre, les conquistadors. Les autres sont leurs matons, les seigneurs et les administrateurs de leurs guerres! Ils ont partout leurs zélotes, leurs affidés, leurs satrapes et leurs vicaires.

Tous des esclaves et des prisonniers des gardiens des séides et leur mercenaire. Ça toucherait des fois ton pays à toi, la Gauloise? Nous, on est bien! Mes souviendrais-je de quoi que ce soit sous terre? Là où les plantes tirent pour vivre les substances de leurs racines. Retrouveront-ils mes souvenirs, pour se rappeler mes actes et mes peines, alors que vivant encore, ma mémoire est déjà en jachère? Verrais-je encore un peu de cet univers?

Les étoiles qui me manquent. Question de donner plus de savoir et de sciences à mon être, à cette âme qui appartient à Dieu et à ce même univers!

Tu vas me faire encore taper une crise! Le recyclage des déchets animaux, purin par ci, fumier par-là! Les engrais naturels ou physiologiques, à côté des déchets chimiques et toxiques, sont des paramètres morbides du climat. Terre, air, mers, nous faisons souffrir à notre tour les éléments, de façon géologique ou pire. Tahtawiyate et bas-ventrologie en représailles!

Cataclysmes et guerres! A son tour, le ventre en feu, la Terre fait bouillir ses volcans, sans sentiments ni pudeur, et soulève de ses tsunamis passionnels, les terres qui émergent ou surnagent encore. Il régule le sommeil, les comportements alimentaires, la pression artérielle et la température corporelle, les chroniques et les articles de presse.

Une ruade de plus à Riad! Il défend qui il veut. Sommes-nous, mieux nantis que ces richards? Question de donner à TBJ des sujets de choix, de soi! Lac de vie, où sont passés les âmes? Quand elles existent chez les hommes? Humains autres animaux et toutes ces plantes! Ouïe et tact, vues et spectacles, participent. Et puis quoi encore, résidu vivant de mes chastes amoures! Va dormir! Adam et Mohammed attendent!

Il en est que ces facultés aident vivre et à chasser. Ce qui les indispose. Les simples humains que nous sommes, consomment et jettent. En retour, la nature, agacée ou flétrie, nous fait respirer nos propres fientes. Goutez, manger, sentez ce que vous me faites, dirait-elle à nos cadres de cette région et de cette ville. Dès, au vous mettez le nez dehors, vous attrapez la crise! Mais de ceux qui en encore sains, doivent mourir de ces relents, sinon des haines torrides et des inutiles et torpides ressentiments.

Un calvaire. Elle supplante celles des solutions utilisées en infirmerie. Félicitations à tous. Pensez à refaire la Koutla, malgré ceux qui la freinent. Pensez au dossier que je vous ai adressé, quand vous étiez Ministre des finances, sur la détaxe des médicaments! Vous les entendez ou pas? Voire aussi du calme aux familles.

Beaucoup de gens y ont établis leurs bureaux aussi. Que les touristes viennent chercher et humer nos pestilences ou vos ordures toxiques! Iraient-ils encore, viendraient-ils investir dans cette atmosphère puante avec laquelle et dans laquelle vous nous agressez? Tu exagères, Maidoc! Ils vont te cherchez noise, tous ces partis pour tes piques! Et, ils vont se liguer contre toi. Sont-ce nos avenues correctement plantées et superbement carrelées? Seraient-ce nos théâtres, nos bibliothèques, nos cinémas, nos musées ou encore nos bus?

Ces ruines nuisibles, qui roulent ostentatoirement devant la police et ses agents? Sont-ces offenses, qui vont les attirer? Ses ressortissants anciens, ceux des grands cadres qui y sont mutés, ceux venus des capitales pour prospérer, ceux qui viennent pour y couler leurs vieux jours ou demeurer.

Allons voir la capitale, qui nous a avalés et meuble rideau cuisine occasion est juste à côté. Les poubelles sont pleines à croquer. Tu veux dire pleines à craquer? Corrige ton tir! Missionnaires et rabatteurs laissent bailler leurs surplus sur nos chaussées défoncées.

Des ordures et des offenses. Elles sont pleines des restes de fêtes et leurs excès qui laissent leurs traces sur le sol. Les traces de leurs facondes et de leurs fécondes richesses!

Les familles aisées ne calculent pas le coût de leurs fastes. Incapable de faire de telles dépenses, tu parles par jalousie. Les nuptiaux les premiers! Les exemples viennent du ciel de nos civilisations prestigieuses et du haut de nos plus belles pages des milles et une nuit.

Un récital de mélopées, des chanteurs impressionnants. Tu changes de ton! Tu étais invité des fois? Ou pour une fois! Et voilà que tu critiques tes hôtes!

Au mieux et pour le justifier, pour rassembler les familles et leurs amis aux parents de sa douce moitié. Peut-on être amoureux et heureux sans ce faste onéreux? Ces réceptions inénarrables et luxuriantes, si touchantes, touchantes et foisonnantes, dans les pays dits pauvres, les amis? De quoi parle-t-on, entre proches et amis, lors de ces fêtes familiales, gastronomiques, vestimentaires, dansantes et musicales? Des rencarts pour de prochains contrats!

De la politique locale ou de la trans-satellitaire? Des affaires indigènes ou du social? Oui, des blagues, chacun plongé dans son phone! Les conduites et les bouches des grands et des plus immenses encore, sont à curer, pour plus de progrès, de justice, de liberté et moins de peines. Comme ces trottoirs à nettoyer de leurs innombrables chaises. Cockpit de bombardiers et de tireurs déshabilleurs, qui combattent les piétons et les jettent sur la chaussée, souvent mal asphaltée!

Nettoyer ces trottoirs de leurs tables exubérantes des cafés, voilà la bataille de demain. Car ces phares aux regards indiscrets et agressifs, ces yeux incandescents, des attablés sur les tasses de marc, scannent vos pas et pénètrent votre passé et votre avenir aussi! Hram âliq a lkaîya! La Noëlle pour ces peuples archaïques qui se déchirent. Les feuilles et leur haleine sous ce vent. Leurs hymnes, leurs prières et leurs chants.

Leurs danses ne laissent aucune trace ni ombre sur le sol. Qui retiendra ces bacchanales et leurs farandoles? Quels souvenirs laisseront-t-ils? Et quels actes sur nos destins, autres que ces actes de bonheur, qui est de les percevoir, heureux de vivre et de bouger? Oui, surtout lorsque ces ouragans et ces cyclones sèment la terreur, au pays des Bush et des Trump!

Toi peut être si tu vis encore, tes descendants encore ou simplement ceux qui vont te manger! Les insectes et les vers. Quand même! Quelle différence pour le destin entre ces papillons et ces larves, ceux de nos êtres, classés comme inférieurs? Qui plus est, ceux des démons et des créatures des planètes habitées? Je parle de la terre ce monde où nous vivons. Je propose une ouverture pacifique sur tous les humains. Et plus que la tolérance, le respect égalitaire.

Un véritable idéal difficile à concevoir et à réaliser, en suivant les normes culturelles usitées en ce moment, avec les enseignements prodigués actuels, ici et là. Avec pour la freiner ces impérialismes divers, en manque de conquêtes, de suprématie et de pouvoirs. Des états qui dominent ou fractionnent les peuples et les pays. Regarde les infos! Toute chose a une cause et peut-être une solution. Je Transmettrais tes dires et ton ire à qui de droit et à qui sait lire.

Dédicace et condoléances Ces pensées très tristes et impuissantes, sont dédiées à cette fillette, morte subitement, dans la cour de son école. Elles passeront en revenue les 5 dormeurs de la caverne, les 5 hommes crânes de Jebel Irhoud, Alexandre le grand, les Pharaons, tous les Césars, y compris ceux du cinéma, Brahma et Bouddha.

Un espion judéo-chrétien et ses conseillers, des gradés militaires, sadamo-irakiens! Clouées dans un centre de concentration au Moyen-Orient, par les fils des victimes des Nazis! Là toujours, devant vous, ô ministres intègres, dans les pays fracassés par les Américains et qui firent, qui font encore la joie de leurs antiques et ataviques ennemis. Toi feue la blondasse avec vous deux, les gouinettes africaines, de belles fessues aux larges tresses!

A son tour, le ventre en feu, la Terre fait bouillir ses volcans, sans pudeur, et soulève de ses tsunamis passionnels, les terres qui émergent ou surnagent encore.

Il régule le sommeil, les comportements alimentaires, la pression artérielle et la température corporelle, les chronique et les articles de presse. Beaucoup y ont établis leurs bureaux aussi. Et le centre de ralliement. Que les touristes viennent chercher et humer nos pestilences! Seraient-ce nos théâtres, nos bibliothèques, nos musées ou encore nos bus? Ces ruines, roulantes, offensantes et détraquées, ostentatoirement nuisibles, qui vont les attirer?

Elles sont pleines des restes de fêtes qui laissent leurs traces sur le sol. Les traces de leurs fécondes richesses! Des affaires indigènes ou du social. Oui des blagues, chacun plongé dans son phone! Je suis passé par là et je reviens à la vie, comme messagère active, pour te le dire et te rassurer.

Oui, surtout lorsque les ouragans et ces cyclones sèment la terreur, au pays des Bush et des Trump! Toi peut être si tu vis encore, tes descendants, ou simplement ceux qui vont te manger! Je commence par la conclusion.

Je propose une ouverture pacifique sur tous les humains, plus que la tolérance, le respect égalitaire. Un véritable idéal, un deal difficile à concevoir et à réaliser, en suivant les normes culturelles usitées, en ce moment, avec les enseignements prodigués actuels, ici et là. Avec pour la freiner des impérialismes divers, en manque de conquêtes, de suprématie et de pouvoirs. Un idéal ou un simple comportement, qui équivaut pour moi, au respect de la Terre et de la Vie de tous et de toutes ses formes.

Paix à son âme, les amis. Dialogue des civilisations, tentatives pudiques de dépasser les différences incrustées par les sermons antinomiques des religions depuis les hommes des cavernes et leurs prédécesseurs reptiliens!

Le religieux, domaine fanatisé de naissance, est devenu belliciste depuis que les religieux défendent leur croûte et leur pouvoir, à la place de Dieu. Les possesseurs sont intransigeants sur ce patrimoine qui fait leur puissance et leurs avantages sur les autres. Ces autres qui croient à leur tour détenir pour la seule vraie vérité qui soit! La subjectivité ôte toute liberté et toute relativité encore.

Un puissant ciment qui regroupe les consciences et les énergies dopées par la dynamique du groupe. Le meurtre et les armes pour convaincre autrui. Ou leur mise en scène par leurs adversaires. Harakiris, martyres suicidaires, ils donnent un nom à leur religion : le terrorisme. Est-ce une autre forme de guerre, sans nom? Hier, ils furent calmes et quasiment puissants…Fussent-là leurs tords? Tel le cas actuel de la Corée du Nord à laquelle les puissances veulent bloquer le développement nucléaire, que ce pays juge comme étant de de son droit!

A quels titres et dans quels buts déjà? La politique des grandes puissances est une religion! Une conviction! Dieu vous bénisse, vous faites le bonheur de vos ennemis!

Le néant vous interpelle. On ferme la boîte, pas de réservations! On barre l eprojet! On essuie! Des milliards de galaxies et leurs planètes ne vous donneront ni gite ni couvert. Pas berceau pour ériger vos chairs. Quels mérites ça a? Le sermon de Mme Student Les hommes ont failli. Les femmes sont devenues des prêtresses. Si rien ne persiste, rien ne reste! Tout part dans les eaux usées du temps, sans répit ni grâce. Pharaon, Alexandre, César, leurs puissantes armées, leurs fortunes, leurs arts.

Diane, Aphrodite, Cléopâtre, leurs embellies, leurs beautés et leurs phares. Les impérieux rois ont eu leur prestige et leurs parts. Que restera-t-il des impérialistes et des racistes, des mafias assassines de toutes sortes? Des états et des clans qui se haïssent et qui se marrent en exhibant les particularismes ostentatoires de leurs races?

Des slogans racistes de présidents périmés? Les plus vertueux ont des soupirs comme les plus humbles. Que reste-t-il aux pauvres, les drames de leurs vies et leurs affres? Dans quels étangs verser leurs sangs et sur quels océans de misères le larguer? Le bonheur se lit dans les mèches blondes quand il répondra aux pétards de Corée par des frappes plus sûres!

Ils crèveront comme les plus simples des créatures. Elle aussi! Ingrate humanité, que laisses-tu faire de plus à tes feux de démone? Alors que tu te morfonds sur tes minutes restantes et tes quatre centimètres de chairs inutiles et de terres dévastées, alors que tes fantasmes cèdent aux peurs de la solitude finale, alors que tu voies les humains se déchirer entre eux.

Quels souhaits et quelles prières lance-tu? Alors que dévorés par la cannibales de leur propre pays, calcinés, broyés, enterrés vivants dans les tranchées, et que les rares fuyards quittent, qui mieux mieux les terres de leur ancêtres, à qui te plaindras-tu? O frères-ennemis, cessez donc de vous battre de votre vivant, car après votre chaos, ce sera trop tard! Plus personne ne se lèvera! La mienne aussi ayant disparu. Je veux, un esprit avec qui dialoguer. Ma quête continue et te voilà arrivée ma chère lubie!

Ou simplement pour me stresser? Je viens! Que peut-on sortir des cendres? Ton âme a persisté, non loin de ce que fut ton corps. Te revoilà réanimée. Aux fins de la restaurer. Le but fut de le guider au mieux, dans sa nouvelle vie, afin de parfaire son destin et de perfectionner par cet exercice son âme! Le dégraisser, épurer son âme était prioritaire.

Et te faire ainsi des petits frères. Nourri correctement, devant les yeux dubitatifs des résistants du Mouvement national. Et cela, très parcimonieusement! Il a donné sa caution aux autorités coloniales et les a assurés de la bonne et pacifiste conduite de son maâlem Nejjar, Moulay Othmane.

Les temps de la menuiserie! Une fois de trop! Je vois à tes cotés un compère, une ombre qui se profile et qui se dessine maintenant. Est-il physique pour de vrai, celui-là? Ça fricote un peu des fois, entre ombres et lumières? Ah, je le vois. Le 51 ème état, en fait, des Etats-Unis! Le Léviathan! Et il la fera la paix avec ce qui restera de Palestiniens! Mais, pardon pour les bobards!

Les autres lettrés ne sont pas retournés avec toi? Les romanciers ne seront pas réanimés! Finis les émissions culturelles, les films, les peintures les artistes! Cet anniversaire que fête la communauté juive mondiale au Maroc, chaque année!

Un grand couturier et un collectionneur de tout, hors pair! Ceux de ses sujets et de ses riches supporters, les nombreux et grands amis des siens! Ils sont partout et toujours très riches les siens! Ou que ça fait du bien à tes fans de colporter des insanités?

Je sais que vous y croyez, vous les Musulmans! Alors, pitié! Ils te paient alors très bien pour me réciter tout cela!

Comme préceptrice et vieille tutrice ou comme bonne…compagne? Je reste son ancienne éducatrice et toujours sa préceptrice. Je lui apprends la littérature, les langues, la musique et les arts. Et toi, comment-vas-tu? Une de passage! Une admiratrice passionnée de parmi tes fans? Les insultes abaissent ceux qui en exultent. Entre mes livres et mes revues, entre mes films et mes émissions de télé, entre mes costumes classiques, ma cravate rouge et mes habits hippies, entre mes fermages et mes golfs, mes femmes, leurs enfants et mes propriétés, je ne trouve plus le temps de diriger la fédération des States ni ses autres satellites et pays.

Un Muppets Show qui imite un ours! Il y a donc ces braves Rothschild et consorts, Israël leur puiné, les Yahoo et le Yahvé, leurs poids et leurs impératives assiduités! Il faut que je vive impérial et puissant et pas comme ces mecs du tout. Pour te moquer, là, cyniquement de ceux qui sont comme lui? Arrête de me parler. Je crois que je suis possédé, par ce grossier Grandgousier qui grésille sans grâce!

Comme François, le past-président! Tel cet autre gêneur inconsistant, qui me pousse à le lâcher pour aller écrire. Tu fais pitié à la Revenante sur terre, que je suis! Oui, mes idées se perdent entre les questions sans queue ni tête. Laisse-moi terminer ma phrase!

Même vos fantômes râlent, ô femmes! Quelle plaie, ce spectre de vieille prof française! La queue de la colonisation…faite femme! Grâce à moi, tu dépasses tes faiblesses! Et il a voulu accéder à tes prières! Un exercice subtil. Par pitié pour ton labeur, ta persévérance malgré tes faiblesses. Tu me fais perdre le fil de mes mots. Je mets du temps à retrouver mes pensées.

Botox capillaire deal rabat yabiladi

Celle de ma venue en chair et en os, chez toi! Un fantôme en chair et en os! On va alors en profiter alors, juste ciel. Je chauffe mes mains! On va alors en profiter…Tu vas habiter où? Je te cède une chambre, pas loin. Tu me rappelles des fois ton père. Toi et moi serions alors responsables de péchés multiples. Tu es mon mineur, ce serait critique comme pédophilie. Ta mère et ta maîtresse à la fois, ta belle-mère encore, en plus des cornes, que gagnera ton bienheureux père!

Ça te serait plus tolérable des fois? S — Tu me blases, tu me déçois de tant de verdeur, avec tes plaisanteries pathologiques! Ça désarçonne mon entendement.

Je te disais que je reste appendue aux questions les plus mineures! Mais là! Les mineures aussi, pas que les plus vieilles ou les adultes! Par erreur, comme un martyr des siens, tu paies pour des inconnus et des ingrats. Ou de celles de ceux qui fomentent ces guerres dont on ne sort pas!

Je vous parle, à vous les richards! Chacun voit double et multiple! Dites-nous, pour vous en remercier, une fortune, ça sert à quoi? Et après? Je te recommande à un ophtalmo parisien! Ça te titille, je vois! Mon impossible lubie et ma chère maîtresse, néanmoins!

Et ces accidents qui surviennent au hasard des éléments, est un plan ou un destin? Dites-moi votre monseigneur pape, François, sont-ce des messages divins, des accidents ou de simples aléas du climat? Des phénomènes sans maîtres ni programmes. La seule réponse est de louer Le Créateur et de faire la paix entre nous!

Quand tu le dis comme ça! Pour les défier, attirer, posséder, aimer et sauter? Les hormones effervescentes, à bouillir le fiel et les billes? Alors que, hombre, on ne veut que donner et plaire! Reçois Cole en ce jour, ces maximes et sentences. Un tour au jardin des pensées pour se recueillir auprès des fleurs et arracher nos mauvaises herbes. Puis ce rat de balcon, impudent déambulateur de nuit, qui devenu imprudent, a fini par se pincer le museau sur les dents de la souricière.

Ce sont des factions de fourmis alléchées par le même bout de pain et attirées par la même huile, qui les premiers sont venus roder autour de son corps immobile, en commençant par le pourtour des yeux. On devine pourquoi ils cessent de chanter quand ils se mettent sens dessus-dessous!

Et un peu à vous, les plus petits oisillons. Lancé du haut sur le bout de gazon, depuis hier soir, le paquet fermé attendait les coups de bec de Coco le coq, pour voir sortir les morceaux de pain. Ses voisins, petits et grands, les taupes et les souris, les tortues iront recycler les bouts de miches, non pour fermenter de leurs engrais le jardin, mais pour souiller ses abords!

Je vais vous raconter une histoire, pour la modique somme de 3 milliards de nos centimes royaux seulement. Un hoax dont je rêve pour arrondir les faims de vie. Plus une des belle voitures de collection, pas les intouchables, mais une commune, une occase-presque-neuve, comme cadeau.

Pour services rendus! Pour vous faire avaler le texte, vous aurez droit à un sortilège. Celui sans prétention, des idées pétries dans une série de paragraphes. Pas forcément disparates, qui vous restent à découvrir! Vous pouvez imprimer le texte pour ne pas vous fatiguer afin de le lire dans une aire de repos et de réflexion. Attention au papier rugueux imprimé en noir, il est tristement indigne pour le bel usage direct sur votre personne! Vous le maladroit chauffeur de ce robot-corps, que vous croyiez et que vous dites être vous, ou le vôtre!

Vous naissez sans vos ordres, un hasard chimique séminal, et puis, voilà que vous poussez sans lui donner de directives ni de plan de construction. Aucun ordre physicochimique, neuro-hormonal, ou électromagnétique, ne vient de vous! Intoxiquée et nous avec, innocents, ou coupables, sous ses nuages rares et ses fumées grises! Seul ou en bonne compagnie, avec une longue queue devant, la file suit le rang, face au guichet unique de ce vaste cinéma.

Indignation et texte allégorique tournant autour des événements tristes et graves, survenus ici et ailleurs, tels que devenus quasiment banaux. Dans le labyrinthe des actes et des verbes, des sens et des sentiments, être et avoir sont des auxiliaires essentiels.

Avoir, oui, mais où mettre mes livres, mes papiers, mes notes, mes dessins, mes djellabas et mes tarbouches, que je me dois de changer à chaque sortie et chaque vendredi? Où cacher mon fric?

Dans quelle boîte et dans quel pays? Où ranger mes pantalons apparemment usés et mes godasses neuves? Ça compte dans les affaires et pour la petite famille aussi!

Je sais que je ne les porterais plus, à cause de cet ongle incarné et de mon ventre un peu enflé! Pour avoir. Pour me calmer.

Est-ce un crime? De collectionner! Des livres, des disques, des cassettes, des films, ou des montres, depuis des décennies.

Jarrive pas a maigrir des cuisses urgent

Oui, je sais, à mon départ, ce sera ainsi. Versailles est un musée! Il ajoute en me lançant cette perche. Moi, je pense, que je suis bien, quand je les garde, que je les regarde, ne serait-ce que le temps de les entreposer! Mais, le temps de les regarder est si court et il ne se renouvelle pas! Mais je sais que je les ai achetées, que je les possède et que je les garde, bien cachées. Là, je peux les voir quand je veux.

Mes enfants ont les mêmes tendances. Mes compulsions, comme il les nomme, le Psy, sont contagieuses. Ce sont des concepts, somatiques, physiques, biologiques et culturels. Une religion, quoi! On est devenus des copains depuis. On joue aux échecs et aux dames, parfois en famille. Certains collectionnent les cartels, les femmes, les potiches, les monnaies ou les tapis! Moi, heureusement ce ne sont pas mes maladies, pas de haram ni de harem! Des offres et des penchants. On devient gracieux et on possède aisément, quand on est riche….

Si, si, répond-elle. Elle est devenue une mère dévouée et respectable. Qui plus est, elle enseigne la vie autant que la sobriété et la grammaire, à toutes les belles-filles, qui emplissent ses classes!

La vieillesse nous pousse à la sagesse, pour de vrai, pas que pour la rime. Le corps devient inutile, une ombre dépitée appendue à ses capacités ramollies et ses attraits déclives ou délavés. Oum Kalthoum Abdewahab, Farid et Asmahane, rarement le malhoun ou le tarab, là dans ce café du bord de la rivière de Jnane Sebil, avec comme bruit de fond le ronronnement des norias!

Les oueds oubliés de nos jeunes années de colonisés, égarés entre plusieurs langues, restent riches de tant de nationalités! Venant du cadre que je représente et par respect à ceux que je sers! Un esprit de copains et de boîtes de nuit! Un teint, un aspect de ma personnalité? Altruiste et ouvert, hospitalier comme mon pays! Ma personnalité en souffre. Seul le sport et les vagues me calment, comme le chant et la bonne poésie.

Enfin quand le travail me laisse un peu de répit…. La causa nostra en est la raison. Vivement ma patrie africaine! Ma famille retrouvée, je rentre chez-moi. De surcroit! Je ne dépense pas son argent, quand même! Pourtant, malgré le copinage, et peut-être à cause de ça et des privilèges que je lui offre et concède, je le paie grassement. De la république du Rif, des soldats espagnols ligués aux militaires français, des batailles victorieuses, dont Anoual.

Puis changement de teint et de ton, déçu et révolté à la fois, il insiste sur les avions français qui déversèrent ignominieusement du gaz moutarde, paralysant, sur les militants et la population. Des actes interdits par les conventions et les lois. Des milliers de tués asphyxiés. Puis, des relents de gaz et de mutations cancéreuses nombreuses chez les rifains encore actuellement. Le comptable des biens, le Ministre du bien et de la charité. Je ne suis pas dans le cas du Saint Roi, Idriss II ni de celui du sultan Moulay Ismaïl Alaoui, la terreur, qui voulait amplifier sa dynastie de par ses propres enfants.

Les ratages du hasard et du destin ou les incompétences occultes. Et puis, comme pour me faire la morale, en guise de leçon de civisme, il me parle le Psy de son récent client. Il a peur que son fils lui fasse la peau! Une nuit tous les deux à la fois…Il a dû les surprendre dans leur sommeil. Une outrance partagée avec sa gargantuesque et docte cousine! Duvert était un débrouillard, cool et sympa. Se priver pour partager. Qui dit mieux?

Et le voilà en terre, M. Duvert, pas loin de son épouse. Là, dans un trou perdu, dans cimetière public, attendant la Résurrection et le Jugement dernier. Ses parents avaient le droit de rester en vie!

Les médecins traitants devaient le savoir…Où commencent leur responsabilité et celle du Ministère qui les paie et qui les emploie? Entre son autolyse par suicide, il aurait pu se pendre comme le beau et sympathique fils de M. Larabe, ce brave libraire! Il aura choisi, le fils des Duvert, le plus facile et le plus lâche des actes!

Le double parricide, celui de tuer ses parents endormis. Leur avait-il donné des somnifères? Quels étaient ses sentiments? Pleurait-il ou riait-il? Ou en manque de médicaments simplement…. Dubois, ce grossiste lui donne de quoi soigner son malade de rejeton! Il veut me faire honte le Docteur en me racontant cette anecdote. Il veut que je verse, en plus des faveurs bridesmaid dress average cost je permets envers les proches et les démunis, qui me consultent, que je lui donne la zakat!

Il ne va movie world ride breakdown la garder, cette aumône, socialiste avant terme! Il veut la redonner lui-même, à qui il veut. Tu voies où je veux en venir, mon Docteur? U sport moral, une détente, qui vous rassit de bonheur. Et que par altruisme, islamiste, musulman ou islamique, je préfère dire, que je ne voyage plus, çà et là, pour mes affaires, pour ma famille nombreuse et pour mon pays!

Fut-il milliardaire, prince ou roi! Il est tombé sur la tête le Psy, doit penser le Lecteur! Il avance le Toubib, que cet argent spolié en Arabie, enrichit les émirs pétroliers et les riches commerçants des lieux saints de la Saoudie! Il est fou ce Mec qui dit soigner les fous!

Il semble déconnecté de la politique et des finances. Oublions le docte trublion! Un slow. Etais-je alors marié? Mais, ce respect des normes et des amies me reste comme un trait de vertu.

Et comme un manque surtout, un acte manqué, des occases ratées. Les pudiques deviennent des timides et vice-versa. Alors que donner, argent, temps, conseils surtout et métier, restent des valeurs et des actes à ma portée! Des corrompus, voraces insatiables des pays et de leur biens, des assassins, violeurs des filles et des bêtes, aux malfaiteurs, nés ici ou ailleurs, il en est qui vont du banditisme simple au jihadisme. Les terroristes, happés par le fanatisme, se prennent pour des résistants et des libérateurs.

Des assassins qui se croient vengeurs et militants sur des relents ataviques, anti impérialistes et coloniaux. Lavés, formatés, ils sont intoxiqués par des gourous aux cursus occultes et aux géniteurs inconnus. Des sponsors qui leur promettent le paradis, en les poussant à tuer et mourir pour eux. La fête de la jeunesse ou les jeunes en trouble-fêtes.

Intolérance et dénonciations. Nous devons agir radicalement, culturellement et politiquement, pour nous éviter les bavures venant de nos ressortissants. Nos ressortissants, de noms, de dite-nationalité, double ou triple, et surtout de leurs conduites et semblants de religion.

Ce sera certainement pire, avec son éclatement prochain. Abusés, conditionnés, fanatisés à outrance, ces expatriés leur servent de tueurs et de terroristes! Une politique folle et démente, inutile, la-leur, qui enfermera le monde dit islamique, dans une chape de haine universelle. Usant de camionnettes tamponneuses sur la promenade Rambla de Barcelone. Bilan, 14 morts et des dizaines de blessés. Sont-ce des actes pensés, induits ou des jeux cruels?

Un non-sens, un combat perdu, une mise en scène ennemie. Un complot, réel ou hypothétique, où agissent des services secrets antimusulmans? Un monde glauque, international, où se pavanent les organisations extrémistes et terroristes, dès leur annonce. Mais, ces méfaits, à qui profitent-ils finalement? Quels que soient les criminels qui les commanditent, ceux qui les sous-traitent ou qui les arment, ce sont des égarements sataniques tragiques.

Et, avec certitude, ils sont contreproductifs de surcroît. Des actes nuisibles qui ne profitent jamais aux exécutants, mais qui servent les plans de ceux qui les projettent et qui les utilisent de loin, pour créer la haine entre les peuples et les humains. Ce, au nom de leurs identités supérieures, de leurs races pures, ou de leurs Etats divins! Ou de leurs simples extrêmes-richesses qui font et défont les chefs ou les rois, et qui décident des guerres ou de la paix à tel ou tel endroit.

Qui sont-ils au juste? Cet Islam qui se définit par la paix. En plus des embarras imputés à leurs pays, dont le Maroc, déjà mortifié par tant de dérives ennemies, fratricides, sécessionnistes au Sud et tumultueuses au Nord! Le sexe opaque. Hier, un pédophile, industriel, de masse! Celle-là aurait failli le faire, malgré son bacc à plus 19, avec mention par-dessus le marché. Malgré sa pauvreté, elle aura été raisonnable. Puis sagement récupérée par une université citoyenne privée. Les coups et blessures, sont quotidiens, en ville comme en campagne.

Et ce, pour un oui ou un non, un mot déplacé, un implant mammaire 375cc photo de récolte ou un petit coin de moisson. Les jeunes de nos rues et des dits bas-quartiers, tels que délaissés, sont souvent de parents ruraux, paysans ou ouvriers.

De simple gens. La masse qui va pondre des assassins! Des Apaches? Les nôtres, mal encadrés, mal casés, marginalisés partout, tels des rébus, leurs formations civiques, morales ou religieuses, sont absentes ou laissent à désirer. Leurs cursus scolaires sont volontiers estropiés et ratés.

Ce sont des fumeurs, des alcooliques et des toxicomanes, dopés. Ils forment une humanité, à part. Révoltés, méchants, brigands, bandits, voleurs, assassins ou de simples crapules.

Manieurs de couteaux, de sabres et de haches. Comme ils représentent, à eux deux, la cible et le butin! Le sexe est cet horizon interdit et désacralisé, où ils capitalisent et excipent de leur sauvage arrogance. Une brutalité vengeresse pour se défouler face à la société. Côté morale, ils sont ménopausés! Elle parlera en eux! Et morte la bête, personne ne leur fera de reproches après.

Etait-ce licite? Etait-ce seulement vrai, il y a longtemps, au passé? Est-ce la société et ses rêves-délires-aspirations, ses ratés et ses inconduites, élevés au grade de culture sexuelle et de fantasmes, qui infectent les jeunes esprits pour les livrer aux frasques des plus bas des instincts? Châtiments et pénitences. Un bug ou un coup de semonce? Les violeurs en bus de Casa. Ça baise en roulant! Est-ce meilleur de harceler à 6 une bébête de fille dans ce bus des Hafilate de Casa?

Silences duplicité négligence et peur établie des vauriens, souvent drogués et armés! Et sans chauffeur? Pour arrêter le bus et alerter la police ou les arrêter! Une anecdote, un geste urbain, un sport qui eût lieu, il y a 3 mois?

Facebook est le nouveau parti, concitoyen, le leader libérateur, informateur, délateur et éveilleur des consciences et par là celles actives et efficaces, des autorités et des responsables! A ajouter aux attouchements et autres éjaculations lors des frottements de derrière les femmes, dans les bus.

Un défoulement gratuit, devenu comme les vols, notoires, un transport au 7ème ciel durant le transport!