Linjection de toxine botulique spasticité

Board européen. Fédération des Spécialités Médicales. Médiathèques des congrès. Les réformes récentes des instructions frontières menacent les patients qui nécessitent de fortes dose de toxine botulique pour le traitement de la spasticité.

Le nouveau forfait "sécurité environnement", s'il est appliqué sans discernement aux soins de personnes souvent lourdement handicapés par des affections chroniques du système nerveux, menace de les priver d'accès à des soins indispensables faute d'un juste financement.

Mise à jour le 8 décembre Botulinum toxin A for treating spasticity in adults: Costly for French hospitals? Schnitzler, A. Ann Phys Rehabil Med ;58 Open access. Analyse de l'article en français. La toxine reste un médicament à usage hospitalier. Comment financera-t-on ces soins demain? Impact du forfait sécurité environnement. D'autre part la DGOS reste accessible à des propositions qui restent à formuler de la part des parties prenantes s'agissant des instructions frontière MCO.

L'identification de programmes de soins ambulatoires semble une des meilleures solutions pour éviter la confusion. L'opacité des tarifs de prestation journaliers Pour les malades hors T2A: les établissement négocient avec les tutelles des tarifs de prestations journalières. L'introduction du paiement en sus de la toxine en SSR: impact sur la stratégie de développement des activités de MPR dans le contexte du virage ambulatoire Les doses importantes utilisées dans les traitements de la spasticité posent des problèmes de financement différents selon les secteurs et modes d'exercice.

En HDJ, il était jusqu'ici plus intéressant de pouvoir bénéficier des tarifs du court séjour MCO que du financement SSR bien que la dépense ne soit que très rarement couverte au regard des doses injectées. Toutefois certains établissements ont pu bénéficier d'enveloppes des ARS pour ce type de traitement.

Spécialités pharmaceutiques SSR mise à jour La liste des spécialités pharmaceutiques spécifiques au secteur SSR applicable à partir du 2 janvier est accessible en cliquant sur le lien suivant :. L'enveloppe étant fermée il ne s'agit pas d'un remboursement "ex-post" mais de la répartition d'une masse budgétaire prise sur l'enveloppe SSR, et ce au détriment de l'enveloppe activité.

En SSR les mécanismes de financement des molécules onéreuses étant complexes, nous l'avons dit, dans le cadre d'un enveloppe fermée, il faudra voir à quelle hauteur la dépense en toxine est couvert ce ne sera bien entendu pas intégral.

Le fait d'injecter en MCO ou SSR est aussi un choix stratégique pour la spécialité de MPR ainsi qu'un choix de cohérence par rapport aux programmes de soins et ce choix ne peut se résumer aux seules considérations de revenus des activités. Alors qu'il est nécessaire de suivre les patients au long cours pour le dépistage et le traitement de la spasticité indépendamment de toute hospitalisation en SSR, alors que ces activités relèvent de bilan et de traitement plus proches des soins de court durée et en assimilant le traitement de la spasticité à une activité "purement SSR", en complète contradiction avec le virage ambulatoire, l'activité de traitement par la toxine en MCO, le plus souvent déficitaire, sera paradoxalement plus mal valorisée qu'en SSR.

Cette situation n'est pas acceptable. Enjeux pour la MPR face au virage ambulatoire. Si le financement en sus reste limité aux SSR, une revalorisation des GHM relatifs à l'injection de toxine pour la spasticité est indispensable au regard des coûts de la toxine dans cette indication.

Cette piste est largement étayée par l'article de l'équipe de Raymond Poincaré citée en début de page. Le groupe de travail constitué en n'avait pu aboutir à cette revalorisation, sans doute du fait d'un désaccord entre neurologues et MPR. La question reste plus que jamais d'actualité!

Service de neurologie

Pour faire les injections, on utilise une aiguille spéciale et une seringue qui contient la toxine botulique. Le plus souvent, les injections de toxine botulique sont faites dans certains muscles des bras et des jambes. Ensuite, le médecin repère précisément les endroits où il va faire les injections. Grâce à la crème, tu sentiras moins les injections. Tu te déshabilles. Tu enlèves les vêtements qui cachent tes bras ou tes jambes tu peux garder ton slip ou ta culotte.

Tu commences à respirer dans un masque tranquillement et régulièrement. Pour cela, il utilise un appareil spécial qui oblige le muscle à se contracter en le stimulant.

Par exemple : lire un livre, écouter un CD, voir un film, te faire un massage, inventer une histoire pour "partir" ailleurs, faire des bulles de savon…. Tu restes allongé le temps que ça passe. Selon les besoins, on peut refaire des injections environ deux fois par an. Skip to main navigation. Les injections de toxine botulique. Le sais tu? Les injections de toxine botulique sont faites par un médecin.