Maigrir sans régime jean-philippe zermati nutritionniste

Résumé L'auteur Sommaire. Et s'il suffisait de faire la paix avec la nourriture et avec soi-même pour retrouver le poids idéal? Plus on fait de régimes et plus on grossit. Pire, on finit par ne penser qu'à ça.

Pour nombre d'entre nous, la vie est devenue une guerre permanente contre la nourriture et contre nous-mêmes, dont nous sortons vaincus. Notre corps n'a-t-il pas en lui la capacité et la "sagesse" de se réguler?

Peut-être faut-il oublier tout ce que nous savons sur la sacro-sainte diététique pour apprendre à écouter nos sensations? Jean-Philippe Zermati nous propose une approche novatrice qui bouleverse tout ce que nous savons de la nutrition et des régimes.

Pour perdre du poids durablement, une autre solution est possible. Suivez le guide Jean-Philippe Zermati est nutritionniste, médecin du sport et thérapeute comportementaliste. Prix Payot CHF Ajouter à ma liste. Maigrir c'est dans la tête Apfeldorfer Gérard. Payot Libraire Qui sommes-nous? Acheter en ligne Rechercher. Nos contenus Dossiers d'actualité. Lire en numérique Découvrir la lecture numérique. Nos actions La Fondation. Retrouvez-nous sur.

Nous vous suggérons aussi. Les petits couverts aideront ceux qui ne savent pas laisser de nourriture dans leur assiette. Quatre combinaisons sont possibles. Ce qui est très différent. Ce serait toujours le même et il serait toujours aussi bon. Vous êtes en train de vous rassasier. Quand le plaisir a disparu, vous êtes rassasié de ce plat et vous pouvez passer au suivant si vous avez encore faim. Reprenons maintenant ces explications sur un schéma, et voyons aussi comment les choses peuvent parfois se passer tout autrement.

Le plaisir est maximum quand on commence à manger et ce maximum dépend de votre faim. Plus elle est importante, plus il est agréable de manger. A cet instant, vous êtes rassasié de cet aliment. Si la faim persiste, vous pouvez décider de passer à un autre plat.

Il reste constant. Le mangeur a consommé toute la nourriture à sa disposition en parvenant à la fin de son assiette, de son sandwich ou de son paquet. Il est parvenu au bout de son estomac. Le plaisir gustatif se prolonge. Dans ce dernier cas, la personne décrit une courbe en vert qui ressemble à la courbe normale mais se trouve simplement décalée par rapport à celle-ci. Ce qui fait grossir.

Un radis consommé après le rassasiement peut vous faire grossir. Une barre de chocolat consommée quand vous avez faim se trouve à sa place et ne vous fera pas grossir. En revanche, quand le réservoir est vide la faim vous pouvez tranquillement verser un jerrican tout entier le chocolat il trouvera sa place et sera même le bienvenu.

Manger selon sa faim. Vous constaterez que trois situations se présentent. Vous ne ressentez aucune sensation. Vous percevez des sensations confuses que vous avez du mal à identifier. Enfin, vous ressentez précisément une sensation dont vous ne tenez pas compte. Vous êtes normalement censé lui accorder ce temps. De la même façon, vous recevrez aussi des informations au cours du application iphone 4 pour maigrir. Ainsi, si vous êtes attentif à vos sensations alimentaires, elles pourront vous conduire à : - Sauter complètement certains repas.

Vous constaterez, en vous comportant ainsi, que vous ne pouvez, ni ne devez, tenir compte des croyances alimentaires qui vous imposent la fréquence ou la répartition des repas. Auparavant, on vous demandait de vous obliger à prendre trois repas par jour, de ne jamais en sauter, de ne pas manger entre les repas, de manger copieusement le matin et légèrement le soir. Et bien tout cela est terminé.

Helicopter rides in san francisco

Vous consommerez ce dont vous avez besoin en fonction de votre faim. À partir de maintenant, nous allons accorder la priorité absolue à vos rythmes biologiques et à votre horloge interne.

Il est donc possible de maigrir en prenant deux, trois, quatre repas par jour ou même le nombre qui nous chante et de même changer tous les jours. Dans le cas où cette hypothèse serait confirmée, inciter les enfants à manger davantage le matin les conduiraient tout bonnement à augmenter leurs apports caloriques de la journée et à aggraver leur problème de poids.

Certains faits apportent même des arguments qui contredisent la responsabilité du petit-déjeuner dans le problème du poids. De même, les Américains dont le dîner est servi entre 17h00 et 18h00, ont beaucoup plus grossi dans la même période que les Espagnols qui dînent aux alentours de 22h Je risque de ne plus manger en même temps que les autres.

Nous apprenons à avoir faim ensemble afin de partager nos repas qui représentent des lieux de cohésion sociale auxquels nous sommes attachés. Si vous invitez un ami ou un de vos clients à déjeuner, vous pourrez difficilement vous abstenir de commander un repas. Cependant, rien ne vous oblige à consommer les plats les plus riches. On ne mange pas seulement quand on a faim, me direz-vous? Il lui arrive bien souvent de commettre des excès notamment lorsque les circonstances luxury rides limousine services inc conviviales ou quand les aliments sont particulièrement appétissants.

Et la gourmandise, alors? La gourmandise est une qualité précieuse qui, bien au contraire, impose des limites à la consommation et empêche le mangeur de continuer trop au-delà de sa faim. Le gourmand est un mangeur redoutablement exigeant qui est tyrannisé par sa recherche du plaisir gustatif. Pour lui, consommer sans faim un aliment exceptionnel est une manière de le gâcher.

Peu de gens, de nos jours, ont réellement connu des expériences de privation et, le plus souvent, la peur de la faim est une conséquence des régimes amaigrissants ou des règles interdisant de manger entre les repas. Voici un exercice pour vous débarrasser de cette peur. Pour ne plus avoir peur de la faim 1- Supprimer votre petit-déjeuner pendant 4 jours. Vous survivrez.

Cette night bike rides est parfaitement normale chez toutes les personnes en état de restriction cognitive. La perception exacte du rassasiement sera généralement plus tardive et facilitée par la disparition progressive de la restriction cognitive. Assurez-vous que la faim est véritablement présente au début de vos repas.

La paix avec les aliments ne se décrète pas, elle se gagne. Toute augmentation marquée et prolongée des apports énergétiques est toujours associée à un gain de poids et de masse grasse, quel que soit le contenu en glucides et en lipides du régime. Autrement dit, quoi que vous mangiez en excès, des frites ou des brocolis, vous prendrez toujours du poids.

Faisons donc un petit test :. Question 1 - Supposons que vous mangiez un sandwich aux rillettes. Une fois terminé, vous êtes rassasié. Le rassasiement est, en effet, un signal qui vous informe que vos besoins sont couverts.

Ne pouvant être utilisées, elles seront stockées et pourront vous faire grossir si elles ne sont pas régulées aux repas suivants. Question 2 - Supposons maintenant que votre corps brûle chaque jour calories et que chaque jour vous consommiez 50 calories supplémentaires de chocolat. Que deviendra votre poids? Question 3 - Que se passerait-il si à la place de chocolat nous ajoutions 50 calories de haricots verts?

Exactement la même chose, vous grossirez du même poids. Cette fois, que deviendra votre poids? Il restera stable car les calories apportées par le chocolat seront brûlées.

Ainsi la même quantité de chocolat pourra, selon les circonstances, vous faire grossir ou non. Tout simplement en sachant déterminer si vous avez assez mangé ou trop mangé? Que deviendrait votre poids? Il diminuerait. Vous pourriez même consommer ou calories de chocolat, le résultat resterait identique. Elles peuvent aussi bien être associées à une augmentation, une stabilisation ou une diminution de son poids.

Conclusion Pour maigrir vous pouvez manger ce que vous voulez, des frites, du chocolat ou du pâté, à condition que vous les consommiez en ayant faim. Ce qui suppose que vous sachiez reconnaître le moment où vous avez faim et le moment où vous êtes rassasié.

Voilà donc les seules questions que vous ayez besoin de vous poser pour maigrir : ai-je faim, est-ce bon, ai-je du plaisir, ai-je assez mangé. La faim ne devrait plus vous causer grand problème. Nous allons donc en améliorer la perception.

Pour cela, aucun raisonnement, aussi séduisant soit-il, ne suffira à vous convaincre définitivement. Ceci est le but des exercices que nous allons réaliser maintenant. Exercice de substitution. Une tablette de chocolat de g apporte calories. Supprimez votre déjeuner habituel pendant 4 jours. Déguster votre chocolat tranquillement en essayant de vous arrêter quand vous êtes rassasié.

Nous supprimons donc un repas à calories et nous ajoutons au maximum calories de chocolat. Une soustraction! En revanche, il est bien possible que vos ardeurs chocolatées se soient apaisées.

Les objectifs de cet exercice. Ou peut-être deux, trois, dix, douze…? Son comportement est imprévisible. Vous devez vous laisser guider par vos sensations alimentaires et non plus manger en fonction des idées que vous avez sur la bonne manière de manger.

Enfin, cerise sur le gâteau au chocolatcet exercice pourra, dans les jours qui suivent, vous faire perdre du poids. Non pas du fait de cette petite soustraction calorique que vous avez opérée. Ce que vous voulez. Vous pourrez donc terminer votre chocolat ou vous orienter vers un autre aliment de votre choix si le chocolat vous a lassé.

Enfin, au terme de cette expérience, contrôlez votre poids. Peut-être même aurez-vous maigri? Et cela, sans souffrir aucunement de la faim! Supprimer le déjeuner pendant au moins 4 jours. Le remplacer tous les jours par un repas de gâteaux à volonté.

Au dîner, régler la taille du repas en fonction de la faim et de la satiété. Pour être efficace, cet exercice doit nécessairement se dérouler sur plusieurs jours consécutifs. Vous pourrez réaliser cet exercice avec les aliments de votre choix. Vous constaterez ainsi que quand on vous oblige à manger du chocolat, vous vous jetez sur les légumes.

Comme de la même façon, quand on vous obligeait à manger des légumes vous vous jetiez sur le chocolat. Conclusion, si on ne vous oblige à rien, vous ne jetez plus sur rien. Le premier jour, vous mangerez vos gâteaux comme vous mangez habituellement vos gâteaux. Ce dépassement est très prévisible et ne doit pas vous alarmer.

Il traduit les effets de la restriction cognitive sur votre comportement alimentaire et la présence des mécanismes conscients et inconscients qui vous font dépasser le rassasiement. Vous deviendrez capable de déterminer précisément pour les gâteaux votre seuil de satiété et, mieux encore, de vous y arrêter.

Vous devez chaque jour acheter une quantité identique de gâteaux, normalement supérieure à votre faim présumée. Comme dans le premier exercice, il est possible que vous mangiez tous vos gâteaux le premier jour, puis que votre consommation diminue sérieusement les jours suivants. La part en trop. Je vous rappelle que la plupart des mangeurs restreints ont peur du manque et ne savent pas laisser de nourriture dans leur assiette.

Et je le prouve. Je mange autant de chocolat que je le veux, je jète systématiquement tout ce qui est en trop. Et tous les lendemains me revient la même quantité de gâteaux.

Les autres aliments nous deviennent tout aussi indispensables. Beaucoup ont déjà constaté que leurs émotions les faisaient manger. Mais avez-vous constaté que, de leur côté, les aliments avaient la faculté de nous procurer des émotions. Il est donc naturel de choisir de manger les aliments qui nous procurent des émotions positives. Alors que les aliments qui produisent des émotions négatives ne nous rassasient pas vraiment.

Les exercices qui suivent portent à la fois sur le goût, le rassasiement et les émotions. Exercice 1 : déterminer la composition des plats que vous mangez : ingrédients, épices, herbes, sauces, cuisson, etc. Dans ce premier exercice, il vous faudra vous comporter en gastronome averti.

Cherchez à reconnaître tous les ingrédients présents dans le plat, à identifier les épices, les herbes, les aromates qui le composent. Recherchez les modes de cuisson qui ont été utilisés. Vous pourrez même vous amuser à pratiquer ces tests en famille ou entre amis.

Exercice 2 : rechercher les caractéristiques gustatives des aliments que vous appréciez. Pour mieux comprendre cet exercice prenons un amateur de chocolat noir.

Il le préfèrera en carré ou plutôt en barre. Les carrés devront avoir une certaine taille, être totalement lisses ou supportés quelques dessins en relief. La vue déjà commencera à le faire saliver. Puis il le goûtera, et sera alors attentif aux différentes saveurs, sucrées et amères. À la consistance, fondante ou onctueuse. À la température, ambiante ou plus fraîche. Tous les mangeurs se comportent ainsi avec tous leurs aliments de leur répertoire. En quoi tout ceci nous intéresse-t-il? Et bien, contrairement à ce que vous pensez peut-être, plus vous mangerez des aliments que vous aimez, plus il vous sera facile de vous rassasier.

Car dans ce cas, la régulation ne se fait plus. Et ce ne doit pas être un aliment trop rare. En réalité, avec nos aliments habituels, ceux qui constituent notre alimentation de tous les jours, plus nous les apprécierons plus nous serons capables de nous arrêter au moment où nous sentons que nous sommes rassasiés. Prenons un exemple. Il les mange, puis nous lui apportons deux carrés de son chocolat de rêve. Puis aussitôt après les deux carrés toujours aussi médiocres.